OUI LA PROVENCE

 

Elections régionales 2021


ÒC PER PROVENÇA / O PÈR PROUVÈNÇO




Madame, Monsieur, cher.E.s ami.E.s,


Au printemps 2021, devraient se dérouler les élections régionales. Notre sensibilité régionaliste ne peut pas manquer ce rendez-vous majeur.

 

Nous militons pour des régions plus autonomes tout autant que pour l’affirmation des identités culturelles et historiques dans le cadre d’une France riche de sa diversité.

 

Cette sensibilité n'est jamais ou très peu représentée, ni par les partis politiques traditionnels ni par les médias, tous formatés par un centralisme qui relègue tout ce qui n’est pas parisien à l’état de périphérie.

 

Constatant le peu de cas qui est fait de leur réalité sociale, économique et culturelle, nous pensons qu'un grand nombre de citoyens s’éloigne de la chose publique comme de l’avenir de leur territoire.

 

C’est ce constat qui nous a décidés à monter une liste sous notre propre bannière pour faire vivre ces thèmes.

 

Nous souhaitons, entre autre:

  • Rééquilibrer et développer une économie régionale forte favorisant dans le respect du développement durable, une industrie non polluante porteuse d'emplois qualifiés et correctement rémunérés.
  • Tendre vers l’autonomie alimentaire régionale en soutenant les producteur.trice.s locaux, en amplifiant la relation producteur.trice / consommateur.trice dans les circuits de proximité, en développant l'agriculture paysanne et bio.
  • Donner la priorité aux transports régionaux plutôt qu'aux lignes TGV qui ne répondent en rien aux besoins du quotidien ; initier des projets de transports ferroviaires rapides en agglomération en lien avec l’ensemble du territoire régional.
  • Donner toute sa place à l'enseignement de la langue d'Oc dans nos lycées. Engager des discussions avec les conseils départementaux et les villes pour constituer des filières école-collège-lycée assurant la continuité de l'enseignement de la langue.
  • Repenser le secteur touristique en privilégiant un tourisme responsable qui favorise les échanges culturels et valorise, tout en les préservant, nos sites naturels et l’ensemble de notre patrimoine régional.
  • Implanter des lycées à « taille humaine » afin d’inverser la désertification à l’œuvre depuis un demi-siècle.
  • Créer des relations fortes avec les régions limitrophes et l'ensemble du domaine occitan.

"Le centralisme relègue tout ce qui n’est pas parisien à l’état de périphérie"


Mais aussi dans l’affirmation de notre culture :

  • Consulter les citoyen.ne.s sur le nom de notre région pour en finir avec le ridicule "PACA" ou le provincial "SUD".
  • Installer dans l’espace public notre langue dans tous les secteurs.
  • Rendre leur fierté aux habitants par la réhabilitation de tous nos savoir-faire, l'aide à la recherche de filières nouvelles autour de la mer, à la réhabilitation de la filière de l'amande, promouvoir notre cuisine etc.

Vous retrouverez des propositions dans notre Manifeste-Programme à venir.

 

Si vous êtes sensible à ces approches, n'hésitez pas à nous contacter.





Des régionalistes aux régionales : LE manifeste

Dans un contexte où les politiques centralistes échouent à répondre aux problématiques du quotidien comme aux grands défis planétaires, le régionalisme, "l'agir local penser global" constituent, comme c'est le cas partout en Europe et dans le monde, une réelle alternative au plus près des besoins des habitant.e.s.

 

Pour en finir avec les carcans technocratiques, les décisions hors sol, imposées "d'en haut" qui s'avèrent aussi couteuses qu'inefficaces nous proposons des solutions véritablement adaptées aux réalités d'aujourd'hui comme aux enjeux de demain.

 

Ainsi nous voulons...

  • Mieux reconnaitre nos richesses territoriales ; développer, comme pour les autres grandes régions européennes, les compétences régionales; offrir au territoire plus d’autonomie et de responsabilités ; Mettre en œuvre des politiques qui s'appuient sur les réseaux citoyens, associatifs, syndicalistes et professionnels ; Retisser le lien élu.e/citoyen.ne que la jeunesse et les quartiers populaires prennent conscience de l’importance du politique et retournent aux urnes ; résister aux tentatives de " néo-colonisation " de nos vies par un pouvoir central pourvoyeur de toujours plus de technocrates et de notables.
  • Être fier.e.s de la terre que nous laisserons à nos enfants de la Génération Climat; respirer un air sain; garder les ciels bleus de Provence, partager et protéger ses montagnes, sa mer, ses grands sites, ses espaces naturels et agricoles et les soustraire aux appétits des bétonneurs.
  • Soutenir les producteurs locaux ; amplifier la relation producteur/consommateur dans les circuits de proximité ; développer le bio et l'agriculture paysanne ; remettre à l’honneur l’immense richesse de notre cuisine provençale nourrie de ses produits locaux, de ses bienfaits sur la santé, une cuisine bien commun de l'ensemble du monde méditerranéen.

"le régionalisme,  constitue une réelle alternative au plus près des besoins des habitant.e.s."


  • Rééquilibrer l'économie régionale en développant une industrie non polluante, inscrite dans la transition énergétique et porteuse d'emplois qualifiés et correctement rémunérés ; développer dans un esprit de justice sociale et territoriale des services publics de santé, de transport, postaux accessibles à tous. accéder à un logement décent à un prix raisonnable ; soutenir et développer l’émergence de véritables éco quartiers rapprochant travail et lieu de vie et de loisir dans un cadre agréable et accessible à tou.te.s.
  • Donner la priorité aux modes de déplacement doux, aux transports du quotidien par le rail, le bus, le vélo, la moto et le cheval ; surtout nous voulons vivre et travailler au pays sans dépenser les milliards pour une nouvelle LGV qui sacrifierait, nos emplois pour les déplacer encore et encore vers Paris, dévorerait trop d'espaces naturels et agricoles, ferait toujours plus exploser un immobilier déjà à son paroxysme.
  • Dynamiser, rendre visible et accessible à tou.te.s notre langue régionale, l'occitan/langue d'OC dans toutes ses variétés dialectales provençale, niçoise et alpine ; refuser l'uniformisation du monolinguisme et le monopole du « globish ». Millénaire, toujours vivante, la langue des troubadours s'est nourrie de l'apport des populations qui ont fait la Provence. Elle reste un facteur d'intégration majeur, un vecteur de communication incontournable à l’échelle européenne tout spécialement avec nos voisins des péninsules italique et ibérique.
  • Faire de la culture un pilier de ce « Monde d'après » que tant d'entre nous appellent de leurs vœux ; bannir cet insituable, insipide SUD ; éradiquer PACA et retrouver par une large consultation un nom partagé, respectueux de notre Histoire et notre véritable identité, de notre tradition d’accueil de main tendue aux nouveaux arrivants et construire un avenir commun qui s'appuie sur la volonté de tous les citoyen.ne.s de cette région et ce sans exclusive !


ALORS ZOU, MAINTENANT, ON SE BOULÈGUE ET ON AVANCE !